FA 111 – BAD: succession ouverte sous fond d’augmentation de capital et de maintien du triple A

Au sommaire de Financial Afrik numéro 111

 

BAD: succession ouverte sous fond d’augmentation de capital et de maintien du triple A (pages 8-9)

 

La liste probable des candidats à la succession du président Akinwumi Adesina à la tête de la BAD comprend un prétendant déjà déclaré, en la personne du Tchadien Abbas Tolli, deux profils plus ou moins issus de la pomotion interne, et deux candidats encore non déclarés. Dans un contexte d’augmentation de capital, de la nécessité du maintien du triple A, chaque détail compte.

 

Interview de Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment Corporation (page 10).

 

« Une agence de notation panafricaine publique ne peut pas prospérer !»

 

Le patron de Bloomfield Investment Corporation prend à contre-pied l’idée de créer une agence de notation publique africaine.

 

Résultats financiers

 

-Ecobank Transnational Incorporated (ETI) à la recherche de la rentabilité (Page 2)

 

Ecobank TI: le Sénégalais Pape Madiaw Ndiaye, nouveau PCA (Page 2)

 

-Fbnbank Sénégal affiche un PNB en hausse de 49% et un taux de rendement des capitaux propres de 50%. (Page 6)

 

Éditorial

 

Les pays africains de retour sur le marché des Eurobonds (Page 4)

 

Un benchmark entre la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Kenya et le Sénégal

 

-Communiqué

 

Financial Afrik obtient la certification « Journalism Trust Initiative » de Reporters Sans Frontières (Page 4)

 

Institutions de développement

 

L’édition inaugurale du Forum d’Investissement de la CEDEAO a tenu toutes ses promesses (Page 5)

 

Open Sky africain : retard au décollage (pages 12-14)

 

C’est l’un des plus importants axes de la Zone de libre-échange continentale. L’Open Sky ou la libéralisation du ciel africain a été officiellement intégré à l’agenda du marché commun en 2018 lors de la 30e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’Union africaine.  Mais les retards s’accumulent.

 

Droit des affaires (Page 16)

 

Donikpo KONE, Chef de la Division de la Culture, à la Direction de la Culture et du Tourisme, au Département du Développement Humain de la Commission de l’UEMOA.

 

«Voici ce qui va changer sur la rémunération de la copie privée dans l’UEMOA».

 

Focus

 

RDC: ces conglomérats black, Indo-Libano et Chinois qui contrôlent l’économie (Page 17-19).

 

chute de Mobutu et les conséquences de la zarianisation, accentuées par les scènes de pillages orchestrées par l’armée zaïroise dans les années 1993 et 1996, avait par conséquent occasionné le départ de plusieurs entreprises occidentales et mis en difficulté les entreprises tenues par les zaïroises et certains africains de l’époque. C’est ainsi que ,lesopérateurs économiques libanais, indiens et chinois n’ont ménagé aucun effort pour prendre pieds au Congo notamment avec l’avènement au pouvoir de l’AFDL de Kabila père et fils.S’appuyant sur les puissants réseaux au sein de la haute sphère politico-administrative, les indiens les chinois et les libanais de façon méthodique contrôlent sans coup férir les différents secteurs de l’économie congolaise. De la banque à l’immobilier en passant par le BTP, le commerce, les mines et le transport … la nébuleuse Indo-Libano-Chinoise règne en maître en RDC et mène une guerre fratricide contre tous les opérateurs économiques congolais et africains notamment quiessaient de s’installer au Congo en vue de profiter des réformes réalisées sous lère de Félix Tshisékédi ,notamment dans la vision perspective de l’amélioration du climat des affaires et de la diversification économique. Zoom sur un conglomérat aux ramifications diverses et variées. Un dossier de la Rédaction de Financial Afrik:

 

Marché de la dette (page 6)

 

Aperçu du marché des titres à rendement fixe en Égypte.

 

Développement durant  par Vivafrik, partenaire de Financial Afrik (pages 22-23).

Hors série Mauritanie/ édition spéciale (téléchargement libre)

Dans ce numéro hors série paru début janvier 2023, Financial Afrik passe en revue les politiques de transformation économique et sociale de la Mauritanie.

A travers des grands entretiens de décideurs politiques et d’opérateurs privés, des points de vue d’institutions de développement, des avis d’expert et des retours d’expérience des investisseurs,

ce numéro analyse en filigrane l’évolution de l’environnement des affaires et la facilitation de l’investissement dans un pays chantiers où le principal défi reste, à l’instar de la plupart des pays africains, la transformation de ses potentialités au bénéfice du développement humain

DOSSIERS SPECIAUX

DOSSIER DES 100

DOSSIERS SPECIAUX

LES HORS-SÉRIES

Follow by Email
LinkedIn
Share
Instagram
Telegram
WhatsApp
FbMessenger
Tiktok